Le voyage de Marty, Iztaccihuatl #jour40

0

Je me lève à 8h. Dans la nuit il y a des températures négatives. Je ne pourrais pas dire combien mais vers -3°C, peut être moins. La tente est gelée. Je la met au soleil et pars pour ce que je crois être un village. Grosse déception, ce sont juste des gens qui habitent ici et font restaurant/camping ainsi qu’un ecovillage. Je passe a l’écovillage, très sympa.

Je me prend des madeleines, revient à la tente et la range. J’attend qqun en stop et j’écris. J’attend. J’attend. J’attend. En 1h30 2 voitures. Une de 5 personnes… Et une qui allait juste la ou j’étais. Parfait. Putain. Heureusement qu’on m’a dit qu’il y avait des combi et des gens qui passaient sur cette route ! Franchement ça me saoule de perdre du temps pour rien tout le temps, c’est chiant de ne pas pouvoir faire confiance aux gens pour les informations. Je me met à marcher. Si j’avais su je serai allé jusqu’au paso de cortes hier! Je marche 30min et la un camion me prend en stop ! Par contre c’est accroché à la benne arrière ! Je fait 10min accroché ici comme je peux.

Mes pieds sont posés sur le rebord arrière, mes mains uniquement avec les doigts sur les tubes carrés du haut. Il y a des trous sur la piste, je fais un saut de 20 cm et ratterri les deux pieds sur le pare choc arrière, ouf ! Au bout d’un moment j’en peux plus, je décide de regarder le GPS. On est à 500m, il faut tenir bon ! Je range mon téléphone dans ma poche et pile à ce moment là, un trou. Ma main droite était déjà libre, je perd le pied droit et fini par faire le drapeau sur le côté avec uniquement la partie gauche accrochée. Le gars me voit dans le rétro et freine, je me raccroche. Il me demande si ça va. “Todo esta bien, vamos!” je termine la route. J’ai mal aux avant bras comme une grosse séance d’escalade. Le gars me demande avec un grand sourire si ça va, je lui dit oui, sa femme me demande si j’ai aimé l’adrénaline, je valide également avec un grand sourire !

Il y a des voitures sur le parking. En fait les gens viennent ici depuis la route de Mexico et pas de Puebla. Les montagnes sont entre les deux villes mais les gens de Puebla doivent être moins “voyageurs”. La vue est superbe ! D’un côté le volcan Popocatépetl qui fume, de l’autre le volcan éteins l’Iztaccihuatl.

Popocatépetl
Iztaccihuatl

Direction le chemin pour monter ! 2h de piste avant le début du chemin. J’ai plus de chance ce coup ci, un mec en 4*4 me prend en stop 15min après le départ. Il s’appelle Francisco, il est anesthésiste à Mexico. On discute un peu. Il était aussi alpiniste. Il a grimpé l’Everest en 1992 en tant que médecin. Il me dit que l’izta n’est pas bien compliqué. Cool ! Il me dit qu’il parle un peu français car un de ses potes a une asso ici pour les enfants atteins de Leucémie. La récompense une fois le combat contre la maladie terminé est de venir avec lui à l’izta ! Pas tout en haut mais déjà au milieu à 4700m. Son pote est français, Pierre d’Ormière (?).

On arrive. C’est déjà sublime haha ! Des gens ont fait l’aller retour dans la journée : 15h de marche à priori. Au final je fais bien de faire une pause au refuge. Je prend le chemin pour ce dernier. D’après Maps.me il faut 4h20. J’en mettrais 3 en me perdant 30min haha ! Je suis monté de 4000m (parking) à 4700m (refuge).

On m’avait dit que le refuge pouvait accueillir 8 personnes seulement. En réalité a 24 ça passe! En plus je suis seul !

Quelle vue de rêve !

Je prend 2-3 photos de l’incroyable couche de soleil :

Et même après, avec l’illumination des villes de Mexico et de Puebla c’est magnifique :

Mexico
Puebla

Je me couche à 21h. Je suis seul. 3 policiers me rejoindrons vers 22-23h.

Bilan : 120 pesos soit 5€

One Comment

  1. Jul la puenta

    Pouayayaya comment c’est ouffff

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *