Le voyage de Marty, Ometepe #jour178

0

Je prend un petit dej copieux pour monter le volcan, petit dej typique d’ici : gallo pinto, œuf, bananes plantains. On attend la fille qui voulait venir avec nous et qui devait venir pour 9h mais elle n’est pas là. Je propose à Benjamin de faire le volcan Concepción (plus haut et plus belle vue) plutôt que le Maderas initialement prévu et d’aller voir le coucher de soleil sur punta jesus maría ensuite. Il est OK : on va louer un scooter et faire les deux chill. Parfait !

On part et en partant on passe devant le cours de yoga que la fille termine. Il lui dit qu’on y va et commence à descendre. Elle voulait venir avec nous mais moi je la sens pas du tout. J’ai discuté avec elle hier et elle en a chié en 5h pour faire le volcan Acatenango alors que je l’ai fait en 2 fois moins de temps. C’est pas gênant d’être lent, mais dans ce cas on part à 7h du matin et pas à 9h30. Là on a pas le temps. En plus elle est encore avec son tapis de sol et elle est vraiment pas vive comme fille, non c’est bon, vla la galère qui s’annonce. On part. Elle le fera avec un guide ou avec des gens de son niveau. C’est pas méchant mais si là on part avec elle soit on arrivera pas en haut soit on redescendra de nuit sur un chemin qu’on connaît pas, c’est pas la peine.

On loue un scooter et c’est parti. Il y a 3 chemins pour le volcan, un qui est utilisé par tous les tours avec guide, un autre qui est sur maps.me aussi et un que j’ai vu sur une carte mais nul part ailleurs. On va pour le second qui est de notre côté du volcan, j’ai vu sur internet le retour d’un gars qui dit que le chemin était bon. Let’s go. Arrivé au début du chemin on laisse le scooter dans le jardin d’un mec, au milieu des bananiers, pour qu’il soit en lieu sûr.

On démarre. Le début est simple, on avance bien. Il fait chaud on sue pas mal, j’ai peur que les 60cL d’eau que j’ai pris soit un peu (beaucoup) limite. On fait une pause et la Benjamin sort de son sac… Une pastèque ! C’est son petit déjeuner haha 😂 il en mange une partie et me donne une part. On remballe et on repart.

Pour le reste du chemin, on se perd une fois 5minutes, le chemin est uniquement fait de gros cailloux, d’ailleurs ce n’est pas un chemin mais un sentier. Plus on avance plus il est dur. Après les gros cailloux sec, les gros cailloux recouverts de feuilles mouillés, après ça, toujours sur ce minuscule sentier, des feuilles mouillées et de la végétation basse, il faut se baisser. Ensuite ? Les cailloux sont remplacés par de la boue et les arbustes par des grandes plantes à grandes feuilles piquantes. Je rappelle que c’est un volcán et qu’il monte très raide. Des pics sur les branches, sur les feuilles, sous les feuilles, le tout à 1m50 de hauteur. Franchement la fin du sentier c’est vraiment l’enfer. Je pensais qu’on allait mettre 2h30, on a mis 3h40. En fait ce chemin n’est absolument pas emprunté et ces derniers jours constamment dans le nuage et donc difficilement praticable. Mais… On arrive au sommet !

Les nuages sont partis pour nous laisser la place, on vois l’île au milieu du lac et quasiment toutes ses bordures. On aura mis 3h40 pour faire 1450 D+. C’est beaucoup mais vu l’état du chemin difficile de faire mieux. La vue est splendide. Imaginez on arrivait dans le nuage ? Putain j’aurai sauté dans le cratère laisse tomber. Le cratère, parlons en ! Il est immense et vraiment impressionnant, un peu comme celui de Telica mais on voit le fond. On se pose ici 40minutes, le temps d’observer la nature, prendre des photos, faire une sieste sur la pierre chaude du volcan. Avec le vent il doit faire pas plus de 15°C ici.

Je me rend compte que j’ai pris la vidéo suivante mais aucune photo de la vue du sommet, quel boloss.

On redescend et putain j’ai la flemme de ce chemin de merde. On part pour 3h de galère pour descendre. C’est plus simple dans la boue, plus dur dans les cailloux. Ça force sur les jambes et les genoux. À la fin du chemin j’ai les jambes qui tremblent toutes seules. Ce n’est pas le plus gros dénivelé que j’ai fait puisque le Atitlán c’était 1700m mais c’était le chemin le plus dur clairement et surtout il y avait monté et descente dans la même journée. C’est sûrement la rando la plus dure que j’ai fait au final, plus même que l’Iztaccihuatl au Mexique.

Je laisse 50 córdobas à la femme de la maison et on repart en scooter, direction le coucher de soleil. Au niveau des jambes avec Benjamin on est un peu pareil : on en peut plus. Les cailloux ça nous à séché.

Après 20min de scooter à toute allure pour ne pas manquer le coucher de soleil.. On arrive 1 minute en retard. Putain le seum 😭😭😭 bon c’est pas grave, on verra les couleurs. On prend une bière, il se pose à une table et je vais sur la pointe de sable.

Là un groupe de Nicaraguyens me ressert un autre verre de bière et l’un d’eux me propose de la coke. Mais pas pour l’acheter, il me propose de me donner une trace. Alors non, tranquille mon pote, mais profite bien haha ! À priori ici elle coûte 25€/gramme, c’est super cher ! Le mec est bourré d’énergie il parle à tout le monde 😂

Les couleurs du coucher de soleil sont toujours aussi belles ici. Benjamin me rejoint avec une fille, il perd pas le nord celui là ! C’est une allemande qui vit au Mexique depuis 2 ans. On discute, on regarde l’horizon, on rentre, on mange une assiette de frites puis on repart en scooter.

Arrivé à l’auberge, on rend le scooter avec 1h30 de retard. Après franchement 1jour c’est 1jour. Je le savais mais le mec en abusé de fou et nous facture 5$ de plus. Au final 20$ la journée quoi. Il nous dit qu’avant les manifestations de 2018 il louait ses scooter 25/30$/jour. C’est énorme ! Pour un scooter qui coûte 1600$, ça veut dire qu’en 2 mois de saison touristique il est rentabilisé et ensuite c’est 30$/jour dans sa poche alors que le salaire des planteurs de bananes juste à côté est de moins de 200$/mois! Et la le gars se plaint blablabla. Mec tu gagnait 3000 balles par mois en louant des scooter avant 2018 alors que t’es au Nicaragua et encore tu te plains, stop.

C’est fou les différences de niveau de vie entre les gens. Ceux qui vivent du tourisme sont riches par rapport aux autres, les différences sont énormes. J’ai entendu l’histoire d’un gars qui avait un Hostel à Las Penitas aussi qui gagnait 3000$/mois. Il a fermé à cause des manifestations de 2018 et du covid qui est arrivé ensuite, ce qui a coupé le tourisme depuis quasiment 4 ans au Nicaragua.

Benjamin m’invite au repas, je prend un wok de riz, banane, divers trucs du jardin dont je ne me souviens plus. Franchement c’est bon mais trop copieux.

Je chill, me douche et vais me coucher bien fatigué.

Bilan : 835 córdobas soit 21€

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *