Le voyage de Marty, Trigana #jour219

0

Je me réveille après ma courte nuit dans ma maison de bois. J’ai mal dormi pour 2 raisons : mon inconscient pas serein de faire du camping sauvage à cause des bruits ou autre et le bruit de la pluie. Mes boules quies sont mortes depuis le temps et ici impossible d’en trouver. Je pense qu’avec de bonnes boules quies j’aurai super bien dormi mais voilà. C’est fou ce que ce que les gens te disent en mode “TU VAS MOURIR SI TU FAIS DU CAMPING SAUVAGE” peut avoir de l’impact sur ton inconscient même si tu sais que c’est faux. Sur le groupe des français en Colombie sur Facebook il y a vraiment des vieux grincheux qui m’ont dit ça haha 😂 ils se vantent d’être expatriés depuis 20 ans et de connaître le pays mais ils n’ont jamais fait de camping de leur vie. Ces gens me font rire.

Le monde appartient aux audacieux, pas aux gens qui ont peur de tout. Tout est possible si tu as le culot de le tenter mais c’est sûr que c’est plus simple de rester chez soit en décourageant les autres de vivre. J’avoue ils m’ont un peu gavé haha. Après, chacun sa vie. Je préfère tenter des choses et me prendre des leçons que rester tranquille chez moi. Cependant, c’est ma personnalité, chacun fait en fonction de ce qui lui plaît et lui semble le plus intéressant.

Comme on en a discuté hier avec Manue, il faut penser à l’instant présent où rien. Quand on pense au passé ou au futur on perd le temps présent et on oublie de vivre. Genre la je pensais beaucoup au futur, à ou j’allais aller et comment, comment faire pour tout faire etc. Mais en réalité il faut que j’arrête de penser au futur. Je me donne une date butoir, je fais comme je le sens entre temps et si je ne fait pas tout tant pis. Comme le disait Manue, l’important c’est de vivre des choses.

Au moment de partir je me dit que Sapzurro je m’y sens bien finalement haha, c’est comme une micro bulle tranquille et confortable. Je colle un sticker du bivouhack crew sur le panneau du village, dit un dernier au revoir et part pour Capurgana. Je paie de nouveau le chemin à 10 000 pesos. Le bateau coûte 15 000 pesos haha, ils abusent un peu.

Trouvez le sticker !

Arrivé à Capurgana je prend mon billet pour Trigana. Enfin du moins, je galère à le prendre car la dame de l’accueil m’ignore et n’a pas envie de travailler. J’embarque avec deux belges qui sont sympa et on arrive à Trigana en 1h de bateau.

Capurgana
Acandí
Trigana

C’est un peu bizarre ici, on débarque sur ce qui semble être le terrain d’un hôtel mais c’est en même temps tout ouvert. Je choppe le WiFi et le partage aux belges qui vo’t ensuite dans l’hostel d’un français plus loin. Quand à moi, je pose mon sac dans un coin et part pour le village de San Francisco. Sur la route je passe par un hostel/camping. La femme qui me reçoit est un peu bizarre et me demande 15k pour le camping. Je vois une maison abandonnée plus loin c’est con je n’ai pas pris de photo 🥲 en fait le rez de chaussé est juste une dalle de béton et il y a des escaliers qui montent à l’étage. Là haut un plancher en bois, une zone avec un vieux matelas poussièreux et une comode et les côtés de la “maison” sont fermé avec du tissu. On voit qu’il y a un coin chambre. Je retiens ça. Il y a des sanitaires avec l’eau en plus et l’électricité. Pas mal du tout !

Sur la route je marche sur la plage. La côte est abîmée par l’eau. L’herbe tombe sur la plage et la piste de moto s’effondre. Je croise des chevaux mais aussi et surtout un groupe d’enfants. Ils cherchent quelque chose dans le sable. Je m’approche et discute avec eux, ils cherchent des paillettes d’or. Il y a de l’or ici sur ces plages. Une fois la tante de l’un des enfants à trouvé une pépite de la taille d’un doigt ! Ils sont super cools et sympa, ils ont tous genre 8 ans. 2 d’entre eux font du surf dans les vagues. Mais du surf à l’arrache avec une vieille porte de frigo. Ils sont doués en vrai, parceque la porte de frigo j’aurai pas forcément parié dessus.

Arrivé à San Francisco, je fais le tour puis revient sur mes pas manger un poisson frit. Je ne comprend pas pourquoi mais ici c’est pareil : ils ont du poisson frais et super bon, ils le congèlent puis ils le balancent dans l’huile pour le faire frire. C’est si dommage. Bref, la vue sur la plage est vraiment sympa et agréable.

Une fois fini de manger je cherche de l’eau et termine dans une pharmacie. Je discute et rigole avec le vieux qui est venu en cheval. Il me demande si je ne veux pas habiter ici, il me vend son cheval et se ferme de 30 hectare. Non, ça va aller haha 😂 il pensait que je venais de Medellín ! Il me demande si je veux pas une copine ici pour l’installer Haha. On se prend des glaces et il repart tranquille sur son cheval. Je voulais le prendre en photo mais une fille me parle à ce moment là. Elle a demandé au vieux si j’étais un gringo (un états unien) et il lui a répondu que j’étais français. Elle s’excuse.

Bref, je vais ensuite passer 2h à discuter avec Sarah dans la rue. On discute de notre parcours scolaire. Elle vient de commencer ses études d’infirmière sur 3 ans. Elle me demande si je n’ai pas peur de voyager car elle elle aurait trop trop peur. Elle compte faire ses études dans la grande ville en Colombie (Apartadó) puis rentrer ici pour travailler, c’est plus tranquille, plus joli et c’est chez elle. Elle a 24 ans actuellement, et évidemment, me dit que je suis un gamin car j’ai 23 ans. Pour changer. Je lui dit que je vais la laisser pour penser à ma vie en regardant les vagues, elle me répond que je suis trop jeune pour ça. Non mais toujours plus ptn 😂. Bref, je prend les iguanes en photo, elle me montre un insecte d’ici et ses amis passent en moto en la charriant car elle discute avec un étranger. Ha oui, elle kiffe mes yeux.

On se sépare après s’être échangé nos contacts puis je rentre à Trigana. Sur le chemin je vois les pêcheurs qui vont mettre leurs filet, je discute avec eux et l’un d’eux me dit de revenir demain de 5h40 à 6h pour venir pêcher avec eux. Parfait !

Je fais 3 courses et finis par rentrer. Je mange mon avocat avec mes tomates et mes trucs accompagnés d’une bière en face de l’océan. Manue m’envoi ce qu’elle a écrit à mon propos dans son carnet. Elle n’écrit pas autant que moi, seulement les choses vraiment intéressantes, les discussions et les réflexions.

Je lis tout ça avec le sourire aux lèvres mais j’y répondrait demain, là je vais plutôt aller regarder les gens du village jouer au billard et aux dominos. Ils sont ultra forts au billard, un mec à même des gants pour jouer. Vraiment ils sont chauds. Idem pour les dominos ! C’est assez drôle comment les “anciens” qui ont 25-35 ans jouent et les plus jeunes regardent en attendant d’avoir l’âge de jouer ou l’opportunité. Les hommes d’un côté les femmes de l’autre d’ailleurs, pas de mélange.

Je retourne prendre mon sac qui m’a attendu toute la journée et vais dans la “maison abandonnée”. Je me douche en toute sérénité et me couche à l’étage à l’abri des regards.

Bilan : 125 000 pesos soit 30€50

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *