Le voyage de Marty, Trek Nevados #jour235

0

Réveil tôt et je petit déjeuner que je prend à l’auberge, bon, la full autonomie, on repassera 😂. Bon, outre ça, c’était un plaisir mais pas obligatoire, on verra ce qu’il me reste à la fin comme bouffe. Je pensais partir avec le groupe puisqu’on à une partie en commun mais flemme. Entre celui qui charge sa brosse à dent (oui oui) celui qui prend 30min pour mettre de la crème solaire, l’allemande qui se plaint que je l’ai réveillé deux fois car je me suis retourné dans le lit pcq j’ai mal dormi, c’est bon, jme casse. Leur guide me dit que le chemin est pas meilleur aujourd’hui qu’hier… Merde 😭😭

Bon, je part sous le bruine. Il ne pleut pas vraiment mais c’est chiant quoi. Juste de quoi être un peu relou, mais ça va, je préfère ça à la pluie. Je marche, marche, prend un tiers de la pastille de LSD, marche. Je pensais prendre toute la pastille mais ce genre de truc ça augmente tous les ressentis, donc si c’est jour de beau temps c’est incroyable, s’il se met à pleuvoir c’est la merde. Ainsi donc, j’y vais chill.

Après 250m D+, je passe par une lagune sympa. Je galère pour les photos à cause de la pluie fine sur l’écran et l’objectif. Je continue et arrive dans la valle del placer, littéralement : vallée du plaisir. Et quel plaisir ! C’est tout plat, le chemin est en bon état, c’est beaux, la régalade. Ha oui au fait, le chemin est en très bon état ici, je sais pas d’où sort le guide de ce matin mais jme demande du coup. De la boue mais pas à s’y enfoncer, tranquille.

Je marche dans cette grande vallée, dit bonjour aux vaches, saute par dessus les rivières, m’extasie devant les paysages, descend 200m de dénivelé. Franchement je me sens super bien, il y a une autre vallée qui continue qui a l’air sublime mais je dois bifurquer. Je me demande, dans mon bonheur de l’instant, la proportion que jouent : ma fatigue, le fait que ce soit vraiment beau, le LSD. Je regarde mon téléphone, j’ai du mal à écrire : bon okay, le LSD joue une part. Quand je suis def, toute activité sur écran devient compliquée. Je ne sais pas pourquoi, c’est comme ça, mais du coup c’est un bon indicateur. Alors que l’extérieur est très clair, le téléphone c’est mission impossible si je suis vraiment def. Bon là ça va, juste je vois bof les lettres du clavier, pas assez pour m’empêcher d’écrire et me relire. Bref, la, c’était vraiment petite dose, à part un peu de félicité rien de plus. Je sais que des gens en prennent tous les jours à petite dose : ça les rend heureux et plus créatifs au travail. À vous de lire les articles qui en parle, je n’y connais pas grand chose.

Je pensais boucler le trek en 3j mais j’ai envie d’en profiter, je vais le faire en 4 et marcher un peu moins aujourd’hui.

J’arrive en bas d’une montée de 250m de D+. Flemme woula. Comme je l’ai dit, la drogue ça amplifie, et franchement j’ai du mal à monter, je perd mon temps, divague. Bon, aller go, je me met un coup de pied au cul et après 1h à stagner en bas je monte le tout en 30min.

Arrivé en haut il y a un joli mirador sur le Nevado de Tolima. En fait ce trek c’est faire le tour du Nevado. Sauf que depuis le début avec les nuages je ne l’avais pas encore vu. Et même là, je le vois pas vraiment, il est dans le brume. Je me pose la 5min et me rend compte que ça se dégage super vite. En 1h le ciel est bleu ! Je ne sais pas où sont passés les nuages mais pouf, plus rien. Enfin sauf sur le Nevado. J’attend, j’attend, j’espère, mais ça ne bouge pas sur le Nevado et il y a un gros nuage devant le soleil qui ne bouge pas. Tant pis, je descend au campement de Termales (j’ai aussi les pieds tellement froids que je ne peux pas rester 15min de plus).

Je croise 2 mexicains et un guide qui montent. Je pose mes affaires, réchauffe mes pieds congelés dans les eaux termales (un Nevado c’est un ancien volcan, il y a donc des termes ici). Je met de nouvelles chaussettes, des sacs plastiques sur mes pieds et court rejoindre les autres, ils ont l’air de voir qqch. J’arrive essoufflé après les 50m de montée en courant. Effectivement, ils ont vu le coucher de soleil. J’ai grave le seum. 2h à me cailler comme jamais pour rien 😭. Bref, le Nevado est dégagé aussi, c’est cool. Je reste là un petit moment et redescend au camp.

Je monte la tente, la répare avec le scotch du guide (le miens avec le temps et l’humidité est inutilisable) et fait mon lit. Je rejoins les autres, manger mon avoine et ma boîte de thon. C’est pas de la haute gastronomie mais ça le fait. Je discute un peu avec les Mexicains, l’homme est monté au max à 5600 au pico de Orizaba au Mexique puis a fait un 8200m direct au Népal ! Je pensais pas que c’était possible sans plus d’expérience. Il m’a dit qu’il n’avait pas les thunes pour faire des 6000 et 7000 avant, autant aller direct à 8000.

Sa femme (que je pensais être sa fille au début) me dit qu’en venant de France on est bien : 1€ c’est 23 pesos mexicains. J’essaie de lui expliquer que ça n’a rien à voir mais peine perdue. En vrai la plupart des gens ne comprennent absolument rien en économie. Perso j’y comprend pas grand chose, mais je sais bien que la valeur d’une monnaie par rapport à une autre ne fait pas que je suis 23 fois plus riche au Mexique ! C’est d’autant plus ridicule qu’ils viennent en Colombie et qu’ici 1 pesos Mexicain vaut 160 pesos Colombiens. Enfin bref, faut laisser les gens dans leur bêtise, c’est plus simple parfois. Les canadiens disent souvent ça aussi, à croire qu’on est plus riches en Europe car l’euro est plus fort. Ça doit sûrement être pour ça que pleins de français s’expatrient au Canada pour mieux gagner leur vie ! Alala. L’herbe est toujours plus verte ailleurs, peut importe la raison, vraie ou pas.

En parlant de ça, en rentrant faudra que je lise le livre que PY m’avait conseillé sur l’économie, parceque je suis une bille dans ce domaine. À chaque fois qu’on en discutait avec Rosalie j’étais perdu, et ça m’énerve, j’ai l’impression d’être un handicapé qui comprend pas ce qu’il se passe. C’est ça de faire S et une école d’ingénieur haha!

Bilan de la journée : 500D+ et 200D- pour 15kms. Marche correcte, pas ultra épuisant mais une bonne promenade quand même. Pas oublier qu’on est à 3800/4000m. 4030m pour le point de vue. 7h de marche au lieu de 6h prévues. La flemme de la dernière montée à pas mal joué haha !

Termales c’est un campement de gros shlag, pas du tout une auberge ou quoi, il n’y a rien sinon une piscine d’eau chaude, de la merde entassé dans une cabane et un espace “cuisine” fait de bâches plastique.

Bilan : 12 000 pesos soit 2€50

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *