Le voyage de Marty, Huaquillo #jour260

0

Réveil, je vois Victor s’activer pour mon café. J’hésite… J’hésite… Bon je vais rester 2j de plus. Je lui dit, je le vois vraiment soulagé et il me remercie haha, il est vraiment adorable ! Au fait, je n’ai pas dormi avant 2h du matin cette nuit. Je regarde sur internet, l’effet du café peut durer jusque 14h. J’ai bu la tasse de café bien concentré à midi… Donc l’effet s’est terminé à 2h du matin. Logique. C’est quand même vener comme effet !

Víctor part avec des filles à l’école pendant qu’on petit déjeune. En fait s’il ne les accompagne pas à l’école elles “se perdent” sur le chemin et n’arrivent jamais. Par contre elles rentrent seulent, dans le sens du retour elles trouvent le chemin bizarrement !

On sort avec les 2 autres volontaires et on va ramasser le café. Le soleil tape fort par rapport aux autres jours ! À midi on rentre et on mange. Je viens de capter, Victor m’a dit qu’il gagnait le salaire minimum, soit 250€/mois, mais ils vivent à toute la famille dessus ! En fait c’est vraiment chaud ! Le repas c’est soupe de pâtes encore.

J’attend un peu les chiliens puis on retrouve Victor et Oscar, María n’est pas venue aujourd’hui. On cueille. On discute un peu avec les chiliens, de leur pays. Je ramasse, je cueille, les fourmis me piquent, je cueille.

Un fruit un peu marrant, la guaba

Ils rentrent et je me pose 30min pour regarder les montagnes. J’aime beaucoup me poser après le travail et regarder ces montagnes et les perroquets. Je descend finalement et les rejoint pour manger : riz et foie. Franchement c’est la première fois que je trouve le foie bon !

On joue au loup avec les filles de Victor, on va chercher les vaches dans le champ d’à côté non sans mal puis on dépulpe les grains d’hier et aujourd’hui. On les lavera demain, cette nuit ça doit fermenter.

Je me douche pendant qu’ils jouent et vais regarder les étoiles. Elles sont magnifiques ici mais on n’en voit que très peu à cause des nuages. Je me pose au milieu de la cours avec la musique de Lonepsi sur mon téléphone et termine la bouteille d’aguardiente au lait et café que Jhony m’avait donné. Avec la fatigue de la courte nuit et le travail de la journée, ça me relaxe et ça fait du bien.

La moto : je leur envoi un message pour qu’on se mette d’accord comme prévu et qu’ils paient les réparations. Ils ne veulent pas, le mec envoi sa sœur me répondre et elle me dit qu’elle n’a pas l’argent alors que lui m’a dit que si. Il a supprimé son message depuis. Quel fils de p***. Elle me parle de Dieu et me demande d’être sympa blablabla. J’en ai rien à foutre, t’assume tes conneries c’est tout. Elle essai de me dire que ça ne tiens plus de la police, que c’est maintenant au niveau fiscal parceque j’ai trop attendu… J’en parle à Gian qui me dit que c’est des menteurs et qu’ils essaient juste de me la mettre à l’envers. Okay, message compris. Un péruvien qui tient une moto me dit idem : je laisse faire l’investigation du coup : je ne suis pas en tord, c’est eux qui vont payer dans tous les cas. Maintenant à l’amiable ou pire après l’investigation. Bon, ca m’a quand même fait un peu flipper tout ça. Surtout que j’ai été honnête avec eux et je leur dit : je leur demande rien de plus, je suis ultra carré, qu’ils le soient aussi quoi.

Je discute un peu avec Fio, c’est cool.

Bilan : woula rien du tout

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *