Le voyage de Marty, Ometepe #jour172

0

Je me réveille, j’ai la flemme, je repousse le réveil. J’ai toujours la flemme, je repousse le réveil. En plus il pleuvine. Heureusement que j’ai pas dormi à la belle étoile au final ! Bon, on se bouge, je range tout mon bordel et part pour Moyogalpa. J’ai la flemme de marcher les 5kms donc je fais du stop et deux Canadiennes me prennent.

On discute un peu et je dis qu’à chaque fois qu’il y a des nords américains les prix flambent. Elle me dit que oui c’est fou ça, elle ne sait pas pourquoi ! Et dans la phrase d’après elle me dit de prendre un guide pour aller au volcan et que ça n’est pas cher, seulement 30$. Cherche pas plus loin hein !

Je vais louer une moto, je prend 3j et laisse mon passeport en caution. 15$ par jour, ça me fait 13,3€. C’est franchement pas très cher. La fille me confirme que je peux camper et me dit qu’elle a pensé à moi cette nuit que ça lui a causé de l’ennui. Elle me dit même qu’elle va me donner une chambre : elle n’est pas louée. C’est adorable mais ça me gêne de ouf en vrai !

Je m’achète des lunettes (1€50) et pars en moto sur les routes de l’île. On m’a dit que le casque était obligatoire. Après on m’a pas dit OÙ ! Je l’accroche sur le porte bagage. Il est trop grand, pas confortable, laisse tomber, je préfère avoir le vent dans les cheveux. Qu’est ce que ça fait plaisir de conduire une moto ! Je file à toute allure sur la route. À quelle vitesse ? Aucun idée le compteur est cassé.

Chacun son moyen de locomotion

J’arrive au musée : 8$ pour 1h de visite, laisse tomber. Je perd ma casquette en chemin, je l’avais pourtant calée dans le porte bagage ! Noooooon ! Je fais demi tour quand je m’en aperçois et roule lentement… Je crois que cette fois c’est la fin… Et je la retrouve ! Impec. Elle en aura vécu cette casquette.

Je termine de traverser l’île et arrive à la plage de primavera. Il n’y a personne, c’est vide, juste  2 hommes qui font la lessive. La plage est très belle. Un homme qui marche sur la plage me demande des sous. Il me demande 10 córdobas, ils n’ont pas beaucoup d’ambition les sdf ici ! À Rivas ils te prennent 200 pour 1km de vélo ! Haha 😂

Je repars et trouve un comedor. Gloriana il s’appelle. À peine entré il se met à pleuvoir violemment. Je commande et mange de la viande aux oignons avec vue sur le lac. Les oiseaux sont beaucoup moins farouches qu’avant, ici ils viennent super près. Ils sont vraiment beaux avec leur longue queue, leur plumes bleue et leur crête.

Un couple de Nicaraguyens me parle. Ils viennent de San Juan Del Sur et visiblement ils ont de l’argent : le dernier iPhone chacun, ils doivent travailler dans le tourisme j’imagine. En discutant j’en apprend un peu plus, la femme est vendeuse dans un magasin d’écouteurs, rien de fou, et l’homme est propriétaire d’un grand restaurant en face de la plage. Ils ont tous deux fait des études de droit. J’apprend que l’homme n’a pas monté le restaurant, il l’a “juste” récupéré de sa grand mère. Avec le tourisme qui a explosé depuis 25 ans, il a fait fortune. Après, même s’il en a hérité il a très bien géré le passage au tourisme et le luxe qui va avec.

Le gars va dans sa voiture et revient avec une bouteille de rhum : 18 ans d’âge. Je n’avais pas goûté plus de 7 et je le regrettais, voilà chose faite ! Toujours faire confiance en la vie elle est pleine de bonnes surprises. Il a toujours 2 bouteilles dans sa voiture, une coûte dans les 20€. Il est vraiment bon. Fort en goût mais franchement bon pour déguster ou boire tranquillement. Il me sert un shot, puis 2, puis 3, puis 4. Bon la ça suffit. Pas tous en même temps bien sûr, on va discuter ensemble pendant 2h, c’est étalé.

Là ils sont en week end prolongé. Ils s’en font de temps en temps. Pour les grandes vacances ils partent à 4 avec les deux enfants pendant 2 semaines. Budget des dernières vacances ? 6000$. Oui, déjà en France c’est cher, alors ici ! Je le sais parcequ’il m’a demandé ce que me coûtait mon voyage et après un rapide produit en croix d’un budget de 25$ jour sachant que j’en suis (presque) à 6 mois ça fait 4500$. J’ai dépensé en 6 mois ce qu’ils dépensent en une semaine et demi de vacances.

Bon à part ça c’est pas ultra intéressant mais on discute bien. De toute façon je ne vais pas partir : ça fait 2h qu’il pleut et qu’il vente. Quand ça se calme je bouge direction Zopilote : une ferme en permaculture. À l’entrée le bus/boutique. C’est sympa mais super cher et super bobo. C’est un peu le San Marcos (au lac Atitlán) d’ici : des gens qui sont blindés qui vont se “ressourcer”. Je n’ai pas le temps de visiter la ferme, il est déjà 17h10, il faut que j’aille au coucher de soleil.

Je ne trouve pas le point prévu mais arrive sur une petite plage ultra tranquille sans personne, parfait. Je m’y promène un peu, voit des pêcheurs, le coucher de soleil, des lucioles. Je croise deux Costa Ricains quand je part : ils habitent ici, ils ont fuit le stress et la pression du Costa Rica en terme d’argent. Le Costa Rica devient un pays riche, donc dans lequel il faut travailler plus et profiter moins de la vie. Comme à chaque fois dans un pays riche, le travail est extrêmement important.

Je repart en moto, il fait nuit désormais et je vois les arbres défiler au bord de la route. Je me rend à Altagracia pour manger. Rien de particulier sur la place, je trouve un petit restau et me prend un ceviche de poisson.

Quelqu’un veux un porte clé Tour Eiffel L’Oréal ?

J’enfourche la moto et retourne à Moyogalpa, sur le chemin je m’arrête regarder les étoiles, malheureusement il se met à pleuvoir et c’est nuageux. Bon tant pis. Je croise 2 pêcheurs.

Je rentre me douche et me couche. Esmeralda m’a même préparé un lit vu qu’il était libre. Je suis gêné j’avoue. Je dors pas trop mal mais il y a tellement de moustiques, comme à Rivas, que si 1cm2 de peau dépasse du drap je me fait piquer.

Bilan : 1400 Córdobas soit 35€

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *