Le voyage de Marty, Vallunaraju 2 #jour293

Réveil à 1h30 du matin, à la fraîche. C’est le cas de le dire, il a bien bien gelé cette nuit. Ma purée de la veille est un glaçon, il y a du givre dans la tente. On s’habille, je déjeune 3 petits pains à la confiture et on part. Il fait vraiment froid, le temps de petit déjeuner mes doigts sont glacés.

On commence par la morène, on galère pour trouver le chemin mais ça le fait. Arrivé sur le glacier, on s’équipe, et là, catastrophe : un des crampons d’Émilien est cassé et ne tient pas… Après plusieurs tentatives infructueuses, on laisse tomber et il part avec un seul crampon. On va voir ce que ça donne. Moi je n’ai pas de casque, avec le bonnet il ne passe plus. Belle bande de bras cassés… Mais enfin c’est pas notre faute. Bref, on grimpe.

On marche, on marche, on marche. La montée est vraiment chill, pas très raide, très bien tracée. Par contre il fait froid, on arrive au sommet en ayant froid aux extrémités. Surtout les pieds, les Colombiennes ne m’ont pas appris à danser, la montagne si !

Au final on arrive bien avant l’heure prévue. On nous avait dit 4h de marche, on a eu le problème avec les crampons et on a mis 3h50, sans problème cela aurait sûrement été 3h30, sachant qu’on y a vraiment été tranquille, enchaînant les treks et les sommets depuis 16j. Surtout Émilien, il avance, mais là c’est son dernier je pense, il est à bout. Après, j’avoue que notre rythme me convient aussi, j’enchaîne grave depuis 2 semaines et je vais peut être faire Huayhuash (un trek de 8j en autonomie) demain…

Les photos sont belles, les montagnes aussi. Mais on se les pelles donc on ne reste pas jusqu’au lever de soleil, on redescend. Il arrive dans 10min mais là il fait vraiment froid avec le vent. Depuis le début on avait pas eu de vent, juste sur ce sommet. Un poil décu d’être arrivé trop tôt mais il fait beaucoup trop froid. Je dirais dans les -15°C. On croise le Polonais qui était avec nous au camp et on voit au loin le Colombien faire la pointe sud, il fera la nord ensuite. Quant à nous, on a la flemme de faire la sud. On rentre tranquillement au camp en prenant des photos, en s’émerveillant de la montagne et en discutant parfois un peu.

Un peu avant le camp il y a un lac gelé avec une grotte, évidemment on a envie d’aller voir. Je teste le lac au piolet : 5cm de glace, suffisant pour supporter nos 60kgs respectifs. Le lac de glace c’est marrant, mais ce qui nous attire c’est la grotte, gardée par d’immenses stalactites de plusieurs mètres de haut. On trouve un passage pour éviter de passer dessous et on entre. C’est une grande cavité formée par la glace. Très stylé.

On rentre au camp, on mange, je fais une sieste de 30min, on plie et on descend. On arrive un poil en retard pour le taxi mais rien de grave. Émilien est vraiment au bout, ampoules aux pieds, mal aux genoux, mal aux cuisses, du repos lui fera le plus grand bien. Il s’est bien donné. Pour moi, c’était un sommet vraiment à la cool : pas de pression, pas de danger, on a pris notre temps. Un peu froid au sommet mais le reste était presque reposant, je suis hyper détente, j’ai l’impression d’être sur un nuage, tout coule facilement.

A la prochaine le parc Huascaran ! C’était un plaisir de parcourir tes sommets, tes vallées, tes glaciers et profiter des lever et coucher de soleil dans ta nature sauvage et tes espaces sans fin. Sans m’en rendre compte je t’ai laissé un petit cadeau : le joli bracelet que m’avait offert Fatima au Nicaragua est tombé de mon poignet lors de l’une des nombreuses fois où j’ai enlevé mes gants pour faire des photos. Il est maintenant pour l’éternité à plus de 5000m d’altitude dans les Andes péruviennes.

Les plus vaillants détecteront le tipi idéalement placé sur le panneau.

En rentrant, je fais les courses pour la semaine de trek qui commence demain. Je suis tellement fatigué que je n’arrive plus a réfléchir, je passe 30 min dans le supermarché à tourner en rond. J’achète finalement comme d’hab puis on se fait des gros burger maison à l’avocat avec Oscar. Je vais dormir tôt, il est 22h, demain lever à 4h30.

Bilan : 300 soles soit 75€
Cette ascension nous a couté 140 soles de taxi et 280 soles de matériel soit 420 soles, 105€ chacun.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *