Le voyage de Marty, La quête du Peyotl #jour28

0

Je me réveille vers 9h bien plus en forme haha ! Je déjeune et lis un livre en français que le jeune m’a passé : l’homme qui voulait être heureux. Le livre est sympa, mais si vous avez déjà poussé un peu la réflexion personnelle il n’a rien d’incroyable. C’est sûrement un livre à lire au collège et à relire au lycée. Nonobstant j’apprécie de me poser et de lire, sans n’avoir rien d’autre à faire, dans mon hamac. C’est très agréable. Ça aide à faire une pause. Je me sens bien ici.

La maison, la cuisine, les poules et le combi des Argentins

Les Argentins font a manger des galettes frites avec le riz, les lentilles, des carottes, des oignons et de la farine. C’est super bon haha!

Je vais à la communauté à côté pour acheter du fromage de chèvre. Dans le désert les chèvres vivent et se nourrissent sans souci. Je prend 2 fromages de la taille d’un reblochon pour 100 pesos. Le fromage est du jour. Il n’y a que de la tomme au Mexique, je n’ai jamais vu de fromage affiné. Enfin si au marché de Pátzcuaro, mais il n’était pas bon haha 😂

Lorsque je rentre il n’y a personne. Je fais une sieste qui me fait du bien après cette heure sous le soleil harassant du désert. Les Argentins et le jeune reviennent avec des Peyotl puis repartent dans le désert en les mangeant. Je traîne et vais me promener aussi.

Je me pose sur la butte de terre et regarde les montagnes à l’horizon. Je réfléchis. Qu’est ce que je veux faire de ma vie ? Qu’est ce qui me plaît vraiment ? Quels sont les éléments importants pour moi ? Comment réussir à allier le travail avec ce que j’aime ? Ou trouver le juste milieu ? Comment lier tout ça ? Beaucoup de questions qui n’ont pas encore de réponse. Au bout d’une heure où deux, j’accepte que je n’aurais pas de réponse aujourd’hui.

Ce que je sais cependant, c’est qu’on a un sacré bon groupe de potes et que ça va être super cool quand on va tous se revoir après un an ! Chacun ayant vécu un an d’aventure ou presque, on aura à balle à se raconter. Ce lieu également, ce désert, c’est tellement un truc qui serait ultra cool avec tout le monde !

Je rentre au camp, sans réponse mais avec des idées, des interrogations, que je laisserai mon cerveaux analyser dans mon subconscient. Je cueille 4 peyotl et en fait une infusion avec de la cannelle, des fleurs de Jamaica et du sucre. C’est bien meilleur que de les manger comme ça.

Je m’habille et avec le jeune on va dans le désert pour retrouver les Argentins qui y sont sans lumière alors que la nuit tombe. On les retrouve, j’allume une bougie, on se pose et ils jouent de la petite guitare. C’est très sympa.

Au bout d’un moment on rentre au camp. Le jeune joue de la guitare pendant peut être 2 heures et on l’écoute. Il nous fait écouter ses morceaux et d’autres chansons en espagnol. C’est super sympa ! Ses chansons parlent globalement de la famille et des amis, et du fait que cela est important.

Tout ça me fait penser que ça me manquait déjà un peu avant de partir, mais que ça va me manquer pendant ce voyage de faire des week-end avec la team, faire un feu, jouer de la musique et camper. Je suis à peine parti que j’ai déjà hâte de les retrouver partir dans les bois, dans la montagne ou dans les catas !

Je sors de temps en temps regarder les étoiles qui sont magnifiques. Le propriétaire nous rejoins en cours et dors dans un hamac. Le jeune arrête la musique et fait une infusion. Le propriétaire va dormir, les Argentins regardent les étoiles. Ils vont se coucher et je me retrouve seul à regarder les braises se consumer lentement. Avec la chaleur du désert et un bois bien sec, ça prend du temps. Je vais finalement me coucher à 3h.

Bilan : 100 pesos soit 4€

One Comment

  1. ça fait rêver,et ça nous manque aussi tout ça !

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *