Le voyage de Marty, Barranquilla #jour206

0

On traîne un peu au lit et on dors. On sort avec Tom au Carnaval. Steven n’est pas rentré, il a du dormir chez qqun d’autre. Tom me dit qu’il est à l’hosto… Mais en fait c’est juste une blague de gamin. Pas de souci. On va au carnaval.

On se pose dans nos places respectives et on attend. En fait il y a eu un accident, le défilé commence à 15h au lieu de 13h. J’attend et j’écris. Bon, ce défilé là, il a beaucoup moins d’ambiance et il est vraiment moins ouf. Pas de chat mais beaucoup de troupes de danse avec de beaux costumes. Ha oui, point intéressant : il y a régulièrement des gens peins en noir qui font les débiles et des grimaces. On me dit que les Colombiens sont assez racistes, je ne suis pas surpris là haha !

Bon, fin du défilé 1h30 plus tard, rien du fou aujourd’hui. On se retrouve avec les autres, on sort dans la rue ça danse, on s’amuse un peu et on rentre.

La chambre à été nettoyée… Et la pochette de Steven avec ses sous (100€) et ses cartes à disparu. Impec ça. Bon du coup on discute à l’entrée “on vous la rend si on tombe dessus”. Je lui dit que non “vous allez la retrouver et vous aller la rendre, il n’y a pas de “si” “. On galère, on râle, je refait mes comptes 4 fois et me rend compte qu’il me manque 100€ aussi. On discute, on fouille les poubelles, rien.

On sort manger avec un autre français au même burger que d’habitude. On rentre, on parle avec les autres clients, on dit qu’on s’est fait voler, et la comme par hasard la pochette est retrouvée. Quelle surprise ! La dame de ménage l’avait mise dans la buanderie sans prévenir personne. Et la maintenant, va savoir la vérité, est ce que les Colombiens sont débiles ou est ce qu’elle a essayé de la voler et quand ils ont vu qu’on parlait ils ont rendu ? Les deux sont possibles. Je veux dire, tu trouve une pochette avec de l’argent, tu la met sur le lit ou à la réception, tu la met pas dans la buanderie sans rien dire à personne. Enfin du moins, nous ça nous paraît logique, mais des fois ici, faut pas trop chercher l’intelligence et la logique, on n’a pas la même.

Bref, la pochette est “retrouvée” et pour mes sous j’y repense mais je crois qu’en fait c’était à Medellín qu’on m’a volé. J’avais retiré beaucoup pour la moto et j’avais laissé 300€ à l’intérieur d’une chaussure dans mon casier. En comptant le lendemain il me semblait qu’il y avait 100€ de moins mais je me suis dit que personne avait du me voler ici ! Et j’étais passé outre en misant sur une erreur de ma part. Mais du coup on a bien du me voler 100€ dans mon casier, dans ma chaussure. Génial. Un peu marre d’être une victime là.

Bref, l’affaire “élucidée” nous allons en ville dans un évènement du carnaval pour le soir tous les 4. Tom retrouve la fille d’hier et ils restent collés et il reste avec elle. Pour rentrer dans la rue avec la musique il faut prendre des places à 3€50, sauf qu’on ne savait pas et qu’elles sont épuisées sur internet. Steven passe par la sortie, pile au moment où le gars regarde à côté, il a vraiment eu de la chance. Mais après le vigile est ultra carré, impossible. Avec l’autre français on fait le tour, c’est mort. Il y a des mecs qui vendent des places dans la rue, des fausses places à priori, c’est pour ça qu’on a dit qu’on payait quand on entrait et pas avant.

Bref, on tente le truc, le gars nous emmène dans une rue adjointe qui n’est pas une entrée et le gars essaie de soudoyer le vigile. Ça ne marche pas, il dit qu’il ne le fait plus, il a du gagner assez a son goût pour aujourd’hui. Bref, retour à l’entrée principale. Notre gars essaie de soudoyer le mec de l’entrée encore, c’est compliqué. Le gars finis par se faire convaincre vite fait mais il faut choper le bon moment : quand le chef ne regarde pas. En fait le vigile ne fait rien, juste il ferme les yeux mais c’est pas lui qui va ouvrir la barrière ou quoi. On ouvre et on entre, le chef arrive et dit que plus personne ne rentre, sans pour autant nous mettre dehors. On est bloqué entre les barrières. Je garde notre vendeur du coin de l’œil, depuis le début. Je le vois s’éloigner tranquillement pour prendre un taxi. On sort et je lui court après lui dire qu’on a pas pu rentrer. Okay, il est moyen réglo quand même, il nous raccompagne 5m plus loin de l’entrée, sousdoie l’autre vigile qui ferme les yeux et nous laisse ouvrir les barrières et rentrer. Niquel ! On est tranquille !

On avance 10m et on se rend compte que 4 flics nous suivent et que dans 5m il y a un autre checkpoint. Merde, on est baisés et là le vendeur a du partir. Bon, au culot. On montre les tickets, le gars regarde les QR code : ce sont des faux. Hein ? Mais on a des vrais tickets ! Il nous demande où on a acheté ça : dans la rue a un mec. Les flics rigolent et le gars nous dit que c’est des faux. Les flics disent “bon ça va on s’en fou” et le gars de l’entrée nous dit d’y aller, pas super heureux. En même temps, quand on demande aux flics ou acheter des billets ils nous disent dans la rue ! Bref, on a eu très chaud mais c’est passé, on est dedans!

On traverse toute la rue blindée comme jamais jusque Steven tout au bout. Il y a un concert de musique un peu traditionnelle, super sympa, on prend des bières et on danse. Le français part de son côté, on part du notre avec Steven et on trouve un groupe de Colombiens sympa, on danse avec eux une heure. Bon, l’événement ne finit pas à 3h mais à 2h donc évacuation à 1h30, on ne sera pas restés longtemps ! Bon, on va dans la rue et on danse encore un peu. On est devant un bar avec que des Colombiens, quelques regards, on se tire.

On reçoit un message de l’autre français, enfin plutôt une vidéo, qui montre la porte d’entrée de l’hôtel en mille morceaux et du sang partout par terre. À priori, un mec est passé devant l’hôtel et a tiré à la volée. Un client se trouvait là au mauvais moment et a pris une balle dans l’épaule. Bienvenu à Barranquilla !

On rentre à pied quand on mec nous interpelle. C’est un Colombien qui parle français, il a besoin de charger son téléphone pour rentrer chez lui. On lui dit okay, il rentre avec nous. Son tel ne charge pas, on discute. Bon, au bout de 30min, ça marche pas ça marche pas, prend un taxi et rentre chez toi c’est bon. Le mec reste et demande à dormir ici. Non gros, c’est bon, assez de problèmes avec des Colombiens, tu dégage.

Au fait, quand on arrive il y a les militaires sur place à l’entrée. Les gens de l’hôtel lavent le sol. On demande naïvement ce qu’il s’est passé, ils nous disent que quelqu’un a vomi. Ha ben oui, quelqu’un a vomi et donc cassé la porte et ils ont appelé l’armée ! Ça me semble cohérent… Le mec nous dit qu’il ne faut pas s’en faire que le quartier est sûr. Bas oui, t’en a d’autres encore des blagues comme ça ? 😂😂

Bilan : 188 000 pesos soit 45€

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *