Le voyage de Marty, Piura #jour252

0

Je me réveille tranquille, j’ai pas trop le moral. Il faut que je fasse les papiers avec l’hôpital, je pensais aller voir la moto aussi mais j’ai vraiment pas le goût là, c’est dur encore. Je dors et je traîne. Je discute avec des péruviens sur combien je dois demander au gars, ce que je dois faire. Gian me dit qu’il connaît un bon mécano et qu’on peut aller la bas ensemble constater les dégâts. Sauf que faut payer une journée au mécano, un taxi, bref 50€, et on fait ça samedi. Et là moto sera encore là bas. Bref, galère.

Alors que j’allais sortir faire ce que j’avais à faire, les potes du BivouHack m’appellent. C’est pour régler les détails du voyage en Bolivie. On discute bien et franchement ça fait plaisir, on se tape de sales fou rire aussi, ca me remet bien. Ça tombe à pic cet appel. Franchement ça fait du bien. Merci Leo de faire le clown 😂

Bon, il est 15h, je descend et ils mangent, je mange donc avec eux. Du poulet cuisiné longuement et du riz, c’est bon, c’est parfait. Je vais ensuite au commissariat réclamer un papier, à l’hôpital et voilà. En sortant de l’hôpital, deux femmes sur le banc en face, en blouse, visiblement des médecins ou des infirmières. L’une d’elle me fixe. Elle est vachement belle, et j’oublie encore une fois de répondre par un sourire et un clin d’œil. À chaque fois je me le dit, et à chaque fois j’oublie. Ceci dit, ça me fait penser à un truc. Avant de venir, ce que je trouvais beau c’était les yeux, j’aimais les jolis yeux, mais les latinas m’ont fait changer d’avis. Enfin, j’aime toujours les jolis yeux, mais le regard aussi. Elles ont un regard tellement plus profond, complice, intense, c’est dingue. Même si elles ont toutes les mêmes yeux noir leur regard est dingue, et clairement je le trouve ouf.

Je rentre et me pose sur le toit pour le coucher de soleil. Je repense à tout ça, à ce que je vais faire. Jules et son plâtre, le fait que ça annulé tout ses projets. En fait, je me rend compte qu’avec l’accident on a vraiment l’impression que tout s’écroule mais en réalité dans une semaine (même moins maintenant) il sera opéré, la moto sera réparée, et on pourra continuer à vivre, mais c’est vrai que sur le coup avec la panique tout est différent.

Les perruches de la sœur de Gian

Son mois de mai de toute façon c’était le Pérou. Bon ça, c’est mort il pourra pas le faire. Après juin l’ouverture de son squatt, c’est sur que ce sera plus dur mais il pourra aider et participer j’en suis sûr, peut être pas à la même hauteur mais ça empêche pas tout. Juillet août, il aura de la rééducation mais n’aura plus le plâtre, c’est déjà bien. Pour sa formation de cordiste, très certainement qu’il pourra la faire en août à la fin de sa rééducation. Au final, tout est en mode dégradé, mais rien n’est vraiment annulé.

De mon côté c’est pareil, je relativise. Tant pis, c’est comme ça. J’accepte de ne pas être si responsable que ça non plus : c’est le gars qui est responsable et j’ai dit toute la journée à Jules qu’il fallait qu’on ne perde pas trop de temps pour arriver avant la nuit, sinon c’est la merde. Mais toute la journée il a pris son temps. Quand on est partis j’étais à deux doigts de dire qu’on y allait le lendemain mais je me suis dit en même temps que ça faisait une semaine que je roulais à ces heures là, qu’il m’ai rien passé et qu’on prend une autoroute toute droite. Qu’est ce qu’il peut se passer sur une autoroute toute droite ? Bon, la réponse c’est qu’il y ai un village au bord de l’autoroute et un mec qui traverse la route sans regarder. Mais ça, c’est pas normal, enfin je veux dire, putain c’est une autoroute pas une route de campagne bordel. T’es censé tracer t’es pas censé couper la route !

Je redescend et mange avec les autres. Il y a toujours Gian et l’américain Aaron mais il y a aussi Max, un autre américain en vélo et William un Taiwanai. Le Taiwanai fait a manger et franchement c’est super bon avec les épices et tout. 6 ans qu’il n’a pas fait a mangé, je ne sais pas comment il fait du coup. Il fait les fouilles sous les bâtiments avant leurs construction et gagne super bien sa vie grâce au fossiles. En organisant les fouilles il récupère les fossiles et les vend sur eBay : 250€/300€. Il gagne pas mal grâce à ça à priori. Des dents de rhinocéros fossilisés, pleins de trucs comme ça, toujours des fossiles.

On discute tous ensemble et j’écris. Ça commence à passer, je me dit que je vais réparer la moto et continuer, je reprend du poil de la bête. Je pense que de prendre le temps aujourd’hui et la discussion avec les potes ce matin m’a pas mal aidé.

Je me douche et mes croûtes tiennent bon, super. Un pote veut qu’on aille ensemble à Leticia en Colombie puis faire une croisière sur l’amazon. Ça me chauffe de fou mais le billet est cher et faut que je règle la moto d’abord. On verra demain. Pour la moto, les péruviens motards à qui j’ai parlé sur internet m’ont dit de demander 5 000 soles et pas moins de 3 000. J’en parle au gars (j’ai son num) et il me dit qu’il n’a que 1000 soles et que c’est son salaire mensuel. Les gars me disent qu’ils n’accepteraient pas 1000. D’un côté je peux pas demander au mec de l’argent qu’il n’a pas et il a pas l’air riche. D’un autre côté, il nous a bien cassé les couilles et il est responsable, il a qu’à apprendre à conduire, c’est pas mon problème si ça le fou dans la merde. Bref, je sais pas quoi faire, on verra demain au niveau de la moto.

Jules est dans l’avion Lima/Paris qui est parti à 18h, arrivée demain 13h en France.

Bilan : 103 soles soit 26€

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *