Le voyage Marty, Guanajuato #jour13

0

On se lève tranquille vers midi et on va manger : 70 pesos

Chilaquiles avec un œuf et des haricots

Je vais à la mine en bus (14 pesos aller-retour) la mine principale est fermée avec le covid, je vais à la Bocamina San Ramon (40 pesos + 5 pesos toilettes + 10 pesos guide).

La mine d’argent a été ouverte en 1549. Il y avait 4 ou 5 mines sur cette colline de Guanajuato, toutes d’argent. Cela a fait l’immense fortune de quelque personne, puisque les travailleurs ici étaient des esclaves et que c’était l’un des plus gros gisements d’argent à l’époque.

Les travailleurs étaient censé être libres, mais les mines les payaient avec leur propre monnaie, pas celle du pays, et avaient un magasin dans lequel les gens pouvaient acheter ce qu’ils voulaient. Cependant, les prix étaient prohibitifs et les gens finissaient avec des dettes aux taux exorbitant, juste pour pouvoir manger. Et une fois les dettes acquise, il faut travailler pour “rembourser”. Au final, ils travaillent juste en échange de nourriture jusqu’à leur mort vers 25 ans. La mine descend à 500m de profondeur.

Je rentre, je fais une sieste, douche et on y va. Je suis habillé en voyageur haha mais Alberto a un joli sombrero. Je regarde pour m’acheter une chemise motifs Aztèques mais elle est mal taillée.

Je prend une bouteille de vodka épicée pour 225 pesos. On retrouve une pote à lui et on va faire la soirée chez David. On est une bonne dizaine. C’est ultra chill et ils m’intègrent de fou. La vue depuis la terrasse est encore une fois magnifique haha

On bois des bières, ils me font tester leur tabac goût tropical. On ne sent ABSOLUMENT PAS le tabac et ca à un goût sucré. C’est peut être la même chose en France avec les mentols, aucune idée jamais essayé. Un autre type un peu différent cette fois, pas de bille à casser mais c’est le filtre qui a un parfum. On ne le sent pas à première vue mais en se léchant les lèvres. C’est assez drôle. Je doute cependant du bienfait sanitaire de toutes ces merdes où on ne sent plus le tabac.

David se met à chanter l’hymne national et les autres le suivent. Ils se mettent ensuite à danser et je les rejoins.

Oliver qui boit un coup. Ici pas de verre à shot, il y a les réducteurs de débit comme en Espagne.
David
Leo
Alberto

On fait un loto avec des verres à shot. Il y a d’autres potes à eux qui viennent, 3 ou 4 filles. Je plaît à l’une d’elle, on discute, Alberto nous pousse “un peu” à nous embrasser. La discutió fini assez vite, me demander de parler espagnol à moitié bourré c’est pas facile, je suis concentré sur mes Sujet-Verbes-Compléments et pas à rendre le tout intéressant haha.

Quand je sors de là, Alberto à la tête dans les toilettes et 2 personnes sont avec lui, 3 ou 4 personnes dorment sur les canaps. David est parti en ville. Il est 1hep du matin, on va quand même pas arrêter là ! C’est quoi ces fêtards de paquotille ! J’envoie alors un message à Alexis le pote de la soirée 2j avant. Il habite juste au dessus et me rejoins devant la maison.

Je pars avec lui et sa cousine au centre ville et on se prend une bière. On danse un peu. On s’embrasse à 3, à priori ici c’est assez normal. J’ai déjà vu des gens faire ça en soirée. Pourquoi pas haha ! Alexis veut le faire à deux, mais faut pas déconner non plus 😂😂

Il est 3h du mat’ et je ne les vois plus. À priori ils m’ont dit qu’ils partaient, je n’ai pas fait gaffe. En vrai ça me dérange pas. Je traîne un peu avec un groupe mais solo c’est moins drôle.

Je décide de rentrer à l’appartement d’Albert il est sûrement rentré. Je toque à la porte, crie son nom, monte sur le balcon pour toquer (vu comme il était bourré pas sur que de la rue ça suffise). Aucune réponse. Je retourne chez David, il est sûrement là bas. En arrivant la propriétaire me dit qu’il n’y a plus personne. C’est bizarre, j’envoie des messages aux différentes personnes mais ils ne répondent pas, c’est pas bien le moment haha !

Bon, tant qu’à être dehors à 4h du mat’, autant en profiter pour prendre une petite photo de la rue, encore remplie de monde.

Je me prend ensuite un hot dog pour 25 pesos. Il est vachement bon !

J’ai toujours une solution de secours. Je vais à l’appart du mec de Airbnb. La clé de l’immeuble est dans un boîtier à code et celle de l’appart dans le pot de fleur. Tranquille.

Je tape le code : 3 3 3 9. Là, j’ouvre le boîtier : pas de clé. Je vérifie 3 fois dès fois que je l’ai ratée mais non, la clé n’est pas là.

Bon okay, là, c’est la merde. Je me vois déjà me promener toute la nuit en attendant demain. Bon en vrai ça me dérange pas j’adore ça, mais c’est surtout que je vais être complètement crevé demain.je

Bon, dernière chance, peut être qu’on s’est croisés avec Alberto quand il rentrait chez lui. Je retourne chez lui, monte sur le balcon. Toujours pas de réponse. Je n’y crois pas trop mais sur un malentendu ça peu passer. Je pousse la porte du balcon : elle est bien fermée. J’essaie le premier battant de la fenêtre à côté : fermé. J’essaie finalement le deuxième battant de la fenêtre de sa chambre : ELLE S’OUVRE !

La fenêtre est celle du premier haha

Je rentre alors dans sa chambre et il n’est pas là. J’apprend plus tard qu’ils étaient bien chez David et qu’Alberto à dormi dans la baignoire, juste que la propriétaire m’a menti sans remords quand je lui ai dit que je cherchais Alberto et qu’il était dans la salle de bain. Bon après elle était vraiment bizarre de base.

Je referme la fenêtre, je prie pour qu’aucun voisin ne m’est vu rentrer par le premier étage et je me couche, il est 5 heures.

Bilan total : 390 pesos soit 16€ et une sacrée soirée de l’indépendance du Mexique !

Bonus : l’indépendance du Mexique vis à vis de l’Espagne à été promue le 15 septembre 1810. La révolution Mexicaine contre la france et les usa était elle en 1910. Non, il ne s’est rien passé en 2010 malheureusement 🤷‍♂️

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *