Le voyage de Marty, Pacaya #jour108

0

Je me lève pour voir le lever de soleil. Je siffle pour appeler les autres, ils me répondent en sifflant. Cool ! Ils utilisent pas mal le sifflement ici. Surtout dans le Huehuetenango, tout le monde se dit bonjour comme ça. Je crois que j’ai oublié de l’écrire mais la bas ils ont une langue en sifflant.

On marche un peu et on va se poser plus loin pour voir le soleil. On se pose et ils fument en mettant de la musique : Zona Ganjah “Un nuevo día”. La musique est parfaite avec le lever de soleil ! Un moment unique. Je ne fume pas même s’ils me proposent je suis bien comme ça.

J’envoie la photo avec le bracelet à Lorena qui m’a demandé où j’étais. Ma photo se retrouve en photo de profil WhatsApp. Aie aie aie 😅

En rentrant je croise un agriculteur du coin. Les vaches qui sont dans le coin où on est sont à lui. Il répare la barrière que j’ai sauté (et les guides aussi). Il habite à San Francisco et le dit que le chemin de base est celui que j’ai pris. L’autre chemin n’est pas le chemin officiel et ils sont en problème avec le village à côté qui utilise des terrains privés et sur facture les touristes. À San Francisco ils veulent faire un accord et partager l’entretien, l’argent, le volcan quoi. Mais à La Corona c’est des enfoirés et ils spoilent.

Je commence à monter pour le cratère, le guide m’a dit que ca fait 3-4 mois qu’il n’y a rien eu. Je pensais qu’il ferait pas trop chaud mais même à 8h le soleil tape de fou, je redescend, c’est fatiguant et ca fait transpirer, laisse tomber, tout ca pour voir un bout de caillou c’est bon.

Je range ma tente et vois au loin le fermier avec son chien sur une coulée de lave, regardant le paysage.

Je redescend par l’autre chemin. C’est vraiment pas ouf : c’est pas un chemin mais une piste, au soleil, pleine de poussière à cause des chevaux et pleine de touristes. On y croise des guides en surpoid plus en galère que les touristes, des guides en galère pour suivre derrière les chevaux des riches touristes (un couple de français). Le spectacle n’est pas le même. Laisse moi me barrer de là.

Je fais du stop, je monte dans la benne avec les gamins. Le 4*4 est un énorme dodge 5 places + grosse benne. Dans ce cas je ne sais pas, mais souvent c’est des gens qui sont partis travailler quelques années aux USA pour faire de l’argent, qui rentrent au pays et dépensent leur argent pour se payer une maison correcte et une belle voiture. Et ensuite ici les loisirs sont limités : leur travail normal leur suffit pour vivre tranquille.

Je fais 2 courses et je prend le bus pour Escuintla. Je mange à la boulangerie et galère pour savoir quel bus prendre. Je finis dans un chicken qui va directement à Monterrico ! Au top ! Bon par contre il me facture 50 qtz. C’est un peu beaucoup. Jsp j’aurais dit 40, mais vu que Monterrico c’est bien isolé c’est peut être plus cher. J’apprendrais plus tard qu’en fait c’était 20 qtz. Putain. Le gars avait l’air d’avoir augmenté un peu mais je pensais pas autant.

Arrivé à Monterrico je cherche un hôtel et finis par trouver une chambre pour 11€50, la moins chère. Un mec bourré me propose de dormir chez lui gratos dans son salon. Là je suis fatigué non.

Je regarde le coucher de soleil sur la plage de sable noir. Je suis très déçu haha, les couleurs sont vraiment loin de celles qui j’ai pu voir sur les story d’Amelie. Le fameux coucher de soleil où j’étais dans le Huehuetenango, à camper sur ma colline près de Santa Ana Huista et où je trouvais dingue de regarder au même endroit avec des millions de gens en même temps.

Je vais manger au restau et me prend du poisson sauce meunière. C’est bon ! Après le poisson c’est un pavé, je suis surpris. Boisson obligatoire et pourboire de 10% non écrit sur la carte et obligatoire malgré le service. J’en ai pour 100qtz.

Je vais sur la plage avec ma frontale chercher les tortues qui viennent pondre. Je marche 2h mais n’en voit aucune. En fait c’est de juillet à Décembre mais en réalité ca se finit en novembre. Tant pis. La promenade sous la lumière de la lune est agréable. Les filles m’avaient prévenues des puces de sable mais franchement là ça va.

Retour et dodo.

PS : j’adore prendre le chicken bus au Guatemala, c’est pas confortable mais ça donne vraiment l’impression de voyager. Faire le Pacaya et venir a Monterrico m’a fait grave plaisir, j’ai eu l’impression de voyager de nouveau après être resté à Antigua dans le confort et les touristes.

Bilan : 316 qtz soit 36€

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *