Le voyage de Marty, Santa Rosa de Oso #jour203

0

Réveil tranquille et discussion avec Jules sur ce qu’on fait. Je décide de me bouger et d’arriver comme prévu au Pérou, je reviendrai plus tard en Colombie. Enfin il faut encore qu’il l’annonce à sa copine haha, parceque là elle lui fait la gueule parcequ’il ne l’a pas prévenue pour la Thaïlande et il a pris ses billets pour le Pérou sans lui dire, elle lui fait la gueule et elle est pas encore au courant qu’il vient au Pérou 😂 Quel génie. Petit dej au comedor et départ en moto. Grosse galère pour sortir de la ville.

Je prend une petite route qui est censée passer par un lac et un mirador. Bon, en vrai c’est une piste caillouteuse qui va de ferme en ferme et pas de mirador. C’est pas grave, c’était bien marrant. Au sortir et juste avant la route principale, un arrêt sur la route pour cause de travaux : une pelleteuse et un camion. Blocage pendant 5 minutes à priori. Ça sera 30minutes mais le pire n’est pas là. Le pire ? Ils ont mis la pelleteuse et le camion côte à côte sur le route plutôt qu’en dehors…. Parcequ’ils avaient la flemme de faire un créneaux. Ils ont donc bouché la route 30min et fait chier 30 véhicules pour éviter un créneaux qu’ils ont finalement fait. Putain, je suis désolé, mais faut vraiment être limite intellectuellement là. Empêcher 30 personnes de travailler pour éviter un créneaux fait dans tous les cas. C’est dans ces moments qu’on voit la différence entre pays en développement et pays développé. Empêcher 30 personnes de travailler pour rien et tout est normal. Comment tu veux développer ton pays avec des blocages intempestifs et inutiles ? Bon je rage un peu mais c’est de l’abus je trouve là.

J’arrive ensuite à Santa Rosa de Oso. Je gare la moto au parking et vais manger au comedor. L’église est vraiment belle ! Et différente de d’habitude. Chaque village a son église avec son style personnel. Je passe à l’atelier de mécanique, fait retendre la chaîne complètement détendue à cause de la piste et fait changer l’huile. Le mec regarde, il me dit qu’il y a tellement peu d’huile qu’on ne le voit même pas sur la languette… Super… Et le vendeur m’avait dit “fait bien attention à l’huile c’est la vie de la moto”. Il aurait pu prévenir qu’il n’y en avait plus ! Bref, je fait changer. Point intéressant, l’huile sur cette moto est à changer tous les 1500kms. En France sur ma Z c’était tous les 10 000 à 15 000 kms. Sacré différence ! Il me met de la Castrol de qualité, rien que l’huile en elle même coûte 15€. Je vais m’en sortir pour 20€ je pense. Et bien non ! 11€ ! Le prix de la vidange ici est moins chère que le prix de l’huile en France. Bénef hein ça me va.

Je roule dans la montagne c’est super cool. On monte et arrive dans le nuage. La c’est moins drôle. Petite route, compliqué de doubler, et bientôt brouillard tellement épais qu’on a l’impression qu’on peut sauter dedans tel un coussin géant. Je suis bloqué derrière un camion, la visibilité me permet de voir à 10-15m, c’est à dire l’avant du camion pas plus. Impossible de doubler. On descend, on descend. Il n’y a rien pendant 2h, juste de la brume. Quelques maisons à droite à gauche de la route qui tiennent sur la montagne je ne sais comment, avec des gens qui vivent de je ne sais quoi. J’arrive enfin dans la vallée. La vue avait l’air incroyable mais je n’ai rien vu du coup.

Je roule encore une heure puis décide de ma poser et continuer demain. Aujourd’hui c’était 100% montagne, demain 100% route toute droite, ça va charbonner. Je me pose a l’hôtel du bord de route, 15€ la nuit ! Le plus cher que j’ai payé depuis le début du voyage ! Mais là je suis fatigué et ai besoin d’une douche, je ne vais pas camper.

Après la bonne douche je pars au centre ville : c’est super animé. On est jeudi soir et tout le monde est dehors, les bars ont la musique à fond, il y a des vendeurs de nourriture sur les bords de la place. Je fais un tour et il se met à pleuvoir super fort. Genre vraiment fort, pendant 1h. Bon, je reste sous mon chapiteau une heure puis mange des salchipapas et une arepas au fromage et lait concentré. Je rentre et dort.

Ils suivent à fond le tour de France en Colombie

Bilan : 150 000 pesos soit 36€

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *