Le voyage de Marty, Santa Fe #jour222

0

Réveil et départ de chez le grand père. Il discute avec un gars qui est venu boire le café en touk touk. Je ne comprend toujours rien de ce que dit le vieux mais le mec oui. Ils parlent qu’ici tout se règle à balles réelles. Il y a eu un soupçon de viol non prouvé et ils ont tué le mec. Après, quelle raison de mentir et d’accuser pour rien sachant que les protagonistes ne se connaissaient pas (à priori)? D’un autre côté, et si jamais c’était exagéré ? Enfin bref, ils l’ont buté.

Je prend la route et doit arriver à Santa Fe dans 4h. Elle est toujours aussi mauvaise au début. Je roule dans la montagne dans ce paysage sublime. C’est juste incroyable. J’ai l’impression d’être dans les reportages que je regardais quand j’étais enfant sur arte. J’adorais les reportages quand j’étais petit, je passais mon temps libre à en regarder. Ma grand mère me disait tout le temps d’aller jouer dehors mais je préférais regarder les lionceaux, les pyramides, la jungle, les montagnes, le désert, les gens de l’autre bout du monde. Et là je suis à l’autre bout du monde, dans les montagnes des andes entouré de gens de l’autre bout du monde, et en plus je parle leur langue. Si c’est pas génial ça, c’est un rêve. C’est quand même un sentiment incroyable que de se lever chaque matin en se disant “Qu’est ce que je fais aujourd’hui ? Ha oui c’est vrai, j’oubliais, je réalise mes rêves”. Bon en vrai je me dit pas ça, juste dans les moments de lucidité et de prise de recul comme là, mais à chaque fois j’en ai les larmes aux yeux.

La route est vraiment en gros travaux, ils construisent des ponts et des tunnels, creusent et renforcent la montagne. C’est vraiment du gros œuvre et c’est génial de voir ça, de voir un pays se développer et se construire. Parceque c’est vraiment ça, c’est le pays qui se développe en créant des axes majeurs qui lui permettront d’augmenter les échanges entre les villes et par la même occasion sa richesse. Les peuples les plus riches sont les plus grands échangeurs/commerciaux, les plus pauvres ceux les plus productifs.

Je roule pendant 2h30 puis m’arrête manger et faire une pause. Tout va bien. Je discute un peu avec Manue qui me dit qu’elle est super heureuse à Rincon, qu’elle se sent super bien et qu’avec en plus de la musique elle grave ces souvenirs à jamais dans sa mémoire et a envie de danser. Si c’est pas génial tient !

Au moment de repartir, la moto refuse de débrayer correctement. Enfin, en fait même quand je débraye à fond ben la vitesse passe et m’emporte. Le gars de la pompe me voit galérer et m’aide : il suffisait de tendre un poil le fil de la poignée d’embrayage. Parfait.

Je roule, la route devient meilleure mais je me rend compte que la moto ne monte plus dans les tours. Genre à 6000-7000 impossible d’aller plus haut, c’est pas normal. Je desserre donc la poignée, peut être que du coup l’embrayage patine, je ne sais pas (en fait je suis con, si l’embrayage patine c’est l’inverse, la moto monterai dans les tour sans accélérer). Je reprend la route mais pas de nouvelle portion suffisamment bonne pour accélérer. Okay, ça à l’air d’être mieux mais je ne sais pas à quel point, par contre la 5eme fait un bruit de patinage j’ai l’impression. Je resserre donc la poignée à la moitié et repart. Bientôt la 3ème fait du bruit et même à fond je ne dépasse pas les 4000 tour/minute. La première aussi, de plus en plus, un psssssss puis de gros craquement et elle prend. Oula, ça sent super mauvais ça… Je m’arrête dans le garage du village le plus proche et le verdict tombe en accord avec ce que je pensais : les pignons sont cassés et des morceaux se baladent dans la boîte. Merde. Le gars n’a pas les pièces, il m’envoi vers Santa Fe, ma destination et un village plus grand. Il me dit que su je roule dans les autres vitesses pas de souci.

Je joue donc avec la seconde et la quatrième mais en montée en montagne c’est pas le plus pratique. D’un coup, en ligne droite alors que je suis en 4ème, la moteur bloque, impossible de débrayer. La roue arrière dérape sur 5-10m avant que je m’arrête et que je puisse débrayer. What, the, fuck. Putain. Bon, je peux pas y faire grand chose, je vais rester en 2, on sait jamais. Bon, la deux c’est lent et ça chauffe. Heureusement après la montée il y a la descente que je fais au point mort avec un peu de 4 sans la pousser, en restant en dessous de 6000tr/min (la 2 fait du bruit après 6000 et elle a bloqué une fois aussi en 2). Bref. J’arrive à Santa Fe en un seul morceaux.

Je passe d’abord à l’hostel qui est en fait la maison d’une famille qui louent leurs chambres en me disant qu’ils connaîtront sûrement un mécano compétent. Je pose mes affaires et je vais voir avec un mec (le frère du gars principal je crois) qui m’accompagne. Leur atelier habituel ne travaille pas sur la marque AKT et dit que c’est “habituel” sur ces moteurs parceque c’est un mauvais moteur. HEIN ? Il y a plusieurs personnes qui m’ont recommandé cette moto bordel ! Si je l’ai prise c’est bien pour ça d’ailleurs ! Bref direction un autre garage. Le gars me dit cependant qu’il faudra changer les pignons, que ça coûte 100€ et sûrement 250€ si je change toutes les vitesses, ce qu’il me recommande chaudement. Putain, de, merde. Dans l’autre garage, le gars vérifie et confirme le verdict. On va acheter la pièce chez AKT, ils n’en ont pas. On va chez un revendeur et ouf, il a les pièces. Je paie 360 000 pesos. Retour dans l’atelier, il prend 180 000 pesos pour le changement. Le truc c’est que c’est la semaine sainte cette semaine. Genre LA semaine où tout le monde est en vacances. Génial, c’était le meilleur moment de toute l’année pour avoir un problème ! La semaine sainte c’est du mercredi au dimanche. Le gars me dit qu’il me fait une faveur et accepte de le faire jeudi. Ouf. Ça me fera un jour de “retard” mais tant pis. De toute façon même a Medellín personne travaille. Je laisse la moto chez le mec et on rentre. En vrai le gars de l’hostel est super cool, il m’a accompagné et m’a traîné d’ateliers en revendeurs de pièces pendant quasiment 1h30 !

Je rentre, me douche enfin puis bois un coup. Je discute avec la mère de famille, super sympa, qui m’offre un café. À priori il y a beaucoup de français de passage ici, pas d’autre nationalité, Français ou Colombiens, et les français parlent bien espagnol. C’est dingue ça. J’ai l’impression que la Colombie c’est un pays d’initiés. Tout le monde n’ose peut être pas s’y aventurer ? J’en sais rien en vrai, je trouve ça drôle mais les gens que j’ai croisé ici sont plus intéressants que ceux croisés avant en effet.

Je part pour le centre ville pour manger un morceau et me promener. Le centre a l’air sympa, petit mais sympa et joli. En mangeant mes salchipapas je discute avec Manue. J’apprend qu’on lui a proposé un service civique à Rincon l’an prochain et que ça lui plaît, elle le fera donc peut être. On lui a aussi proposé un travail de Product Designer en mi temps, salaire 1400€. HEIN ? J’ai pas tout compris là, moi je croyais qu’elle faisait un truc entre le graphisme et le design, autant dire pas très bien payé. Du coup je me trompe forcément et lui demande de m’expliquer. En fait c’est un métier qui consiste en faire l’interface des sites internet, en fonction du public visé, du produit, etc. Mais pas faire en fait, faire faire. C’est plus créatif, elle dit quoi faire aux mecs qui codent en fait, et eux juste ils codent. Vu que c’est un nouveau métier pas encore trop trop connu et pourtant important et que c’est pas mal avec des start up qui ont des sous, ben c’est bien payé, 2800€ net/mois.

C’est la première fois que je discute avec qqun qui gagne plus qu’un ingé ! Enfin que moi et ce que je peux avoir du moins, tout dépend de quel ingé on parle et dans quel secteur. Chez Safran on m’avait proposé 2400€ net mais avec les primes ça faisait 3100€ net. Sauf que ça c’était avant le covid haha 😭 maintenant c’est plutôt 2500-2600€. Là c’est 2800 sans prime. Mais le mieux dans tout ça, c’est que c’est du travail recherché donc facile à trouver et surtout facilement trouvable en full télétravail ! C’est pas comme l’ingénierie mécanique aéronautique gangrènée par les vieux réfractaires qui ne veulent surtout pas changer leurs petites habitudes ni que d’autres aient d’autres habitudes qu’eux. Parfait pour voyager et se mettre où on veut ! Je veux dire, tu te pose en Colombie, tu paie 150€ de loyer, 100€ de nourriture et t’es payé 2800€/mois, c’est quand même pas mal haha !

Je lui demande un peu en rigolant comment me reconvertir et elle me répond super sérieusement en me renvoyant vers une formation d’un mois et en me disant qu’ingénieur ça marche bien dans ce domaine. Je regarde vite fait la formation et ce qu’elle contient et me rend compte qu’en effet, les processus, la rigueur etc sont extrêmement proches de ce que fait un ingénieur chef de produit en fait. Enfin plus que ça, c’est le même job mais pour un site internet ou une interface logiciel au lieu d’un article physique. Et en fait, la formation pour laquelle je suis inscrit l’an prochain c’est un peu ça : management de projet, mais projet physique. Mais du coup c’est ultra intéressant ça ! Si je peux gagner plus en étant en télétravail c’est le top ! Après travailler sur une interface logiciel ou sur un capteur d’angle pour avion ça change pas tant de choses que ça. Le sujet est différent mais le travail est le même. Il faudra que je me renseigne.

Bon, après, elle me dit que c’est pas mal en start up et ça ça me fait pas du tout envie, adopter leurs codes et leur vocabulaire qui sonne faux… Je lui dit et elle me dit surtout qu’il faut que je m’ouvre et pas catégoriser dans des cases. C’est vrai qu’en tant qu’ingénieur, et surtout à l’insa j’ai l’impression, on s’enferme vraiment dans une micro-bulle d’ingénierie et tout ce qui n’est pas dedans à fond est rejeté. En soit, la partie start up qui me gave c’est la partie front office, en lien avec le client, la partie back office, qui fait le travail, d’ingénierie entre autre, aucun souci. Et ça c’est du back office, juste que quand on dit start up ben on pense que à ce qu’on voit.

J’avais fait un exposé en prépa sur la méthode agile et c’est vrai que ce poste m’avait intéressé “product owner” ou “product manager”, c’est celui qui m’avait bien plus dans ce qu’on avait appris mais vu que je voulais pas faire d’info mais de la méca, j’avais pas creusé plus loin. Bref, faudra que je regarde ça attentivement, c’est intéressant.

Je relève la tête de mon téléphone, termine mes salchipapas avec mes doigts gras (ouai depuis le Guatemala je mange avec les doigts, je m’en fou, je réalise le rêve de tous les enfants, Y’A QUOI ? QUI VA M’EN EMPÊCHER ?) et vais vers le bruit que j’entend dans la rue. C’est la procession qui passe. C’est vraiment similaire à celle de San Juan au Guatemala mais sans les feu d’artifice. Des gens encapuchonés qui portent la vierge, jésus, la vierge et jésus. Il y a aussi des musiciens qui jouent des instruments à cuivre.

Je fais le tour du centre ville puis rentre. J’écris. Le couple des habitants jouent de la musique et chantent, trop cool ! Allez zou, au dodo.

Santa Fe je trouve ça pas désagréable mais pas incroyable non plus, je sais pas je ressens pas spécialement de bonne énergie, ni de mauvaise, mais je pense pas m’attarder ici. Aucun atome crochu quoi.

Quand je dis que je vis plusieurs jours en un en voyage. Je veux dire, aujourd’hui en est un bon exemple. Réveil dans un hospedaje tenu par un grand père en bord de route, des paysages magnifiques, les images d’un pays qui se développe, le bonheur et la liberté, le problème mécanique, la galère de trouver pour réparer et payer, (re) découvrir un métier fort intéressant, voir une procession pour la semaine sainte, la plus importante de l’année pour les gens d’ici. J’ai vraiment fait plusieurs journées en une quoi !

Tiens au fait, l’euro a encore perdu ! 1€ fait désormais 4050 pesos au lieu de 4200 il y a un mois et 4500 avant l’Ukraine ! J’ai perdu 10% de budget à cause des conséquences de la guerre. C’est fou les répercussions en vrai.

Bilan : 90 000 pesos soit 22€ + 360 000 pesos soit 89€ de moto

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *