La force du stop par Asticot #03

2

Vendredi 22 juillet.

La descente du 5 000 se fait dans l’objectif de rejoindre Oruro. Simplement parce qu’il nous faut un objectif et que Oruro est dans une charmante direction.

C’est loin, que de la piste à fleur de montagne et pas très fréquenté. Comment y aller ? Les jambes et le stop. Et là c’est la découverte de la meilleure attraction au MONDE : le stop dans les camions. Se retrouver dans la benne avec une vue plus que grandiose sur la vallée et des chaînes de montagnes forçant le respect à perte de vue. La route, enfin la piste fait que le voyage est ma foi fort ludique, surtout quand tu vois le camion rouler au bord du ravin les 3/4 du temps. Mais les gars gère pas de problème. Et le petit bonus c’est le chauffeur qui s’arrête pour qu’on prenne de la nourriture bien locale. Finalement 3h de route assis sur un pneu dans une benne de camion à observer les montagnes en mangeant c’est le paradis interdit au riche.

La journée se résume par de la marche agrémenté de podcasts en espagnol, de guimbarde, d’harmonica, de chant, du stop en pick up, pause bouffe avec enfin un bon repas de trek (sandwich beurre avoine carotte ognion) du stop au camion puis poser la tente et se mettre sous le duvet avant 19h parce qu’il fait moins de 0 autour de 4000 d’altitude.

Les fruits et les légumes sont tellement bon, j’imagine que la culture tout à la main donne beaucoup de goût. Il y a des ânes, des cochons, des chevaux, des vaches, des poules, des oiseaux, des chiens, des chats absolument tout le long de la route.

L’impression est pleine de vie. Si j’ai eu beaucoup de doutes au début du voyage je retrouve de plus en plus le mental d’aller vers l’inconnu.

Independancia

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *