Le voyage de Marty, San Mateo #jour276

Reveil à 2h30. Je mange un truc qui traine vite fait et prend le bus qui me récupère devant l’auberge à 3h00. J’ai bien dormi mais la nuit a été courte. Heureusement, j’ai 2h de bus devant moi pour me reposer. Hop, bouchons d’oreille, masque de nuit, sieste.

Je met juste la la vidéo youtube, et la description en dessous.

On arrive au San Mateo vers 6h. Le bus se gare, on se change pour s’équiper avec casque, lunettes, corde, distribution de crampons, préparation du gouter dans le sac. On est a 4750m et devant moi, encore dans la brume, el San Mateo. Ah oui, point de départ 4750m, la route monte jusqu’ici. derrière moi, l’un des portions de route les plus hautes du monde et le 2ème tunnel le plus haut du monde. Le plus haut est dans l’Himalaya à 4800m. Sur les cotés, des sommets à plus de 6000m. C’est impressionnant. Les distances sont folles. Tout semble si proche et en même temps si loin. Ces montagnes sont gigantesques, ca n’a aucun sens commun. tout est immense et les espaces si grands, et en même temps on a l’impression de pouvoir toucher les montagnes en tendant les bras.

Une fois tout le monde OK, on démarre l’ascension, vers 6h30. Vous remarquerez que c’est assez tard pour une ascension. Mais le San Mateo est pas bien dur, on va de 4750m à 5250m. C’est 500m de D+, c’est du facile, en 1h ca doit être faisable. Ca permet de découvrir l’alpinisme, les crampons, l’altitude, les glaciers, les règles de bases, sur un sommet facile et à moindre coût. Le guide nous dit qu’il y a 30 ans, le glacier venait jusqu’au parking… 200m d’altitude plus bas donc … Le réchauffement climatique est hyper présent ici. Le glacier perd plusieurs mètres par an, jusque 10m. C’est énorme.

On monte donc 250m de dénivelé positif sur la roche. Le chemin est escarpé mais sympa. Nous sommes 4 dans le groupe, plus le guide. Je monte en tête avec un Allemand très cool de 24 ans qui parcourt les Andes à vélo depuis 2mois. Il était en Bolivie avant et a passé les dernières semaines à haute altitude en vélo. Autant dire qu’il se balade ici. On discute tout en montant, je n’ai aucun effet de l’altitude, tranquille. Derrière nous les deux autres gars. Un mec de Lima, de mon âge, qui s’essouffle un peu mais qui y arrive, et un gars de 50 ans je dirais, qui est carrément en galère. A la fin de la première moitié, quand on commence le glacier, on se demande s’il préfère redescendre, nous attendre ou forcer et monter. On a mis 45min pour faire la première moitié.

On enfile les crampons et on s’attaque tous ensemble pour la seconde moitié, sur le glacier. On marche en file indienne, tous encordés (ou pas, voir photos, je suis pas sur). On atteint le sommet en 45min de plus, dans le brouillard. On se retrouve au sommet sans même qu’on s’en rende vraiment compte vu que c’était rapide et dans les nuages sans repère. Normalement il y a une super vue depuis le San Mateo, mais c’est pas pour aujourd’hui. Le gars de 50 ans est en PLS, il est complètement essoufflé. Mais il l’a fait ! et c’est courageux d’être venu jusqu’au bout dans son état.

Une dégaine de gros vainqueur

On redescend tranquilou en 1h30. Nous sommes au bus vers les 10h. On prend le temps de se changer, de discuter, de prendre quelques photos et on repars. Je discute avec le gars de Lima qui a mon age. Il est très sympa et me recommande d’aller à Chacas, le village de l’autre coté du tunnel, si je viens en moto. C’est un village fondé par des italiens il y a longtemps, avec une église et une pizzeria excellente. On verra ca.

De retour à Huaraz à 14h, je me promène. Les gants ont été efficaces et les lunettes aussi. Je fais le tour des agences pour voir quel prochain sommet je peux faire qui soit plus technique et intéressant que celui la. Je discute en même temps avec Emilien, le Français avec qui je discutais hier. Il est hyper motivé mais ne peut venir que dans 5 jours. On regarde le Yanapaccha qui a l’air génial, mais des agences ne recommandent pas de le faire direct parce qu’il est un peu plus technique, plutôt faire le Vallunaraju ou le Pisco d’abord. Mais ces derniers c’est juste de la randonnée comme le San Mateo, donc pas trop envie de payer 200 balles pour de la rando. C’est aussi que les agences veulent vendre un maximum de tours. Emilien a trouvé un bon guide, on va voir ce que ca donne pour la suite.

Bon, en attendant, je me fais une sieste, je me suis quand même levé à 2h30 ce matin. Je traine, je mange, je regarde ce que je peux faire ensuite, on s’organise un peu avec Emilien, on anticipe un peu. Et puis je parle avec Fio évidemment.

Bilan : 68€

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *